Évolution de l'écriture d'une équation.


Si les babyloniens savaient déjà résoudre des équation du 2ème degré, le symbolisme utilisé a beaucoup évolué au cours des siècles comme le montre le tableau ci-dessous.

2x² - 5x = 23

Diophante (vers 250) diophante-équat-notat.gif (875 octets)
Tartalia (1556)
Pacioli (1494)
Trouve moi un nombre dont le double du carré diminué de cinq fois lui-même fait vingt-trois
Van der Hoek 
(début du 16ème siècle)
2 S- 5 PN dit is ghelije 23
Cardan(1545) duo quad. m qumque reb. aequalis 23
Rudolf, Stiffel (1577) 
Leon d'Anvers (1586)
2 z aequatus 5x+23
Gosselin (1577) 2Q M 5L aequalia 23

Q :carré ("quarré") au 16ème
L : ligne

Bombelli (1572) bombeli-equat-notat.gif (882 octets)
 Viète (1580)  2Q - 5N aequatur 23
 Ramus (1586)
Clavius (1608)
 2q - 5l aequatus sit 23
Butéo (1559) 2à M 5p = 23
Girard (1629)
Théorie des équations, il énonce le théorème de d'Alembert
 2(2) - 5(1) = 23(0)
Viète (1600) 2aq 5a aeq. 23
Harriot (1631) 2aa 5a = 23
Descartes (vers 1635)
et dans "la géométrie" en 1637
 2Aq - 5A égal à 23
2zz - 5z µ 23
Herrigone (1634) 2a2 ~ 5a z/z 23
Et durant tout le 18ème siècle  2xx - 5x = 23